L'actualité de Philo&Coaching

28/05/2018

Philo&Coaching© présente "Phil chez ta Coach" Saison 1, Episode 3

Mettre en place un jeu collectif efficace

1.   Le Contexte : De fortes individualités empêchent le fonctionnement efficace du jeu collectif d'un Codir

Nous sommes mandatés par un groupe de premier plan, dont le Comité de direction est extrêmement moteur et présent dans la détermination des routes stratégiques et leurs modalités de mise en œuvre.

 

Cette omniprésence et omnipotence du Codir a certes ses avantages, mais provoque un double effet pervers. Cela nuit de plus en plus au développement du groupe ainsi qu’à sa capacité à s’appuyer sur de solides relais de diffusion internes :

 

-      La puissance du Codir vient essentiellement des initiatives individuelles des fortes personnalités qui le composent : le jeu collectif s’en trouve désorganisé et peu aligné,

 

-      La délégation aux n-1 est comme bloquée par ces fortes personnalités, qui confisquent tout pouvoir d’action, ce qui rend le jeu collectif inefficace.

 

La mission qui nous est confiée est donc double : comment amener chacun à reconsidérer le sens du Collectif et à se repositionner de façon à laisser la place aux équipes opérationnelles, pour gagner en efficacité et en cohésion.

 

 

 

2.   On part toujours d’un questionnement, d’abord conduit sur la manière dont ce Codir fonctionne et prend ses décisions, puis comment il les met en œuvre.

 

Les réponses vont être très différentes selon les uns et les autres ! Mais ce sont elles qui nous permettent – via la philosophie - d’établir des définitions et des distinctions précises de ce qui est en jeu.

Première question fondamentale : qu’est-ce qu’une décision collective ?

 

L’objectif est d’amener chacun à se rendre compte qu’une équipe qui fonctionne, c’est toujours une somme d’individualités, mais jamais une somme d’individualismes …

 

-      Quelle est ma spécialité (on ne peut pas être le spécialiste de tous les domaines) ?

 

-      Quel est mon territoire, mon terrain de jeu (à ne pas confondre avec mon terrain de je) ?

 

-      Quelles sont mes compétences, mes talents (à ne pas confondre avec mes envies),

 

-      Quelles sont mes responsabilités (à ne pas confondre avec mes ambitions) ?

 

On peut s’appuyer sur Platon pour montrer cela : sa République décrit la Cité idéale (le Codir idéal) :

 

-      les castes représentent les fonctions : par exemple, soit on appartient à la caste des guerriers, soit à celle des sages, mais pas aux deux à la fois,

 

-      Chacun est à sa place dans cette Cité idéale, car la place de chacun est décidée selon sa « nature » (ses compétences, ses savoir-faire, ses talents),

 

-      Et c’est parce que chacun est à sa place - en dépit des fortes différences qui existent entre les uns et les autres – que la Cité est harmonieuse.

 

Chaque membre Codir se rend ainsi compte qu’on peut former un collectif fort et efficace sans pour autant renoncer à soi.

 

Deuxième question fondamentale : une fois les décisions prises : comment les membres du Codir passent-il de la réflexion à l’action ?

 

-      Suffit-il de faire exécuter des instructions (pouvoir de type « courroie-relais ») …

 

-      ou bien s’agit-il de confier une mise en œuvre (pouvoir de type « faire confiance ») ?

 

-      Peut-on se contenter d’expliquer les moyens à mettre en œuvre (pouvoir de type « voilà comment faire ») …

 

-       ou bien ne vaut-il mieux pas partager la vision et l’objectif (pouvoir de type « délégation ») ?

 

Par cette série de questions successives sur la notion de pouvoir, on fait prendre conscience aux membres du Codir d’une distinction clé entre Pouvoir et Autorité.

 

-      Le Pouvoir, qui est le rapport hiérarchique directement exercé sur les collaborateurs : rapport de dépendance dans lequel celui qui a le pouvoir fait exécuter une action et force l’obéissance de ses collaborateurs,

 

-      L’Autorité, qui est le rapport d’influence qu’un responsable exerce par ses capacités de délégation, de transmission du savoir, de stimulation de la collaboration (notion d’ « empowerment »).

 

Notre objectif est d’amener les membres du Codir à percevoir la différence importante entre Pouvoir et Autorité et à se rendre compte qu’on dirige plus efficacement en étant Leader que Manager …

 

Ce premier questionnement général par la philosophie nous permet d’aborder la deuxième étape de notre mission.

 

3.    En partant de leur existant et en utilisant un matériau concret qui appartient à cette équipe de direction, le coaching va confronter ses membres à leur fonctionnement d’aujourd’hui et les aider à projeter celui de demain, de façon réaliste.

Une fois les représentations posées et clarifiées, nous avons utilisé un matériau concret du Codir : un projet stratégique en cours de mise en œuvre pour comprendre d’abord comment il a été conduit jusque là.

 

Pour qu’un coaching ne soit pas vu comme une approche « hors sol » ou déconnectée du contexte, il est indispensable d’utiliser un sujet d’intérêt général. Cela permet aux membres de se sentir concernés et nous, de mieux les fédérer dans la résolution ou la réussite.

 

A partir de cet existant, nous sollicitons un porte-parole de l’équipe pour lister les étapes clés du projet et le cadre général de départ qui avait été fixé.

 

De ce 1er exercice, nous ne ferons que poser des questions (et faciliter les échanges parfois vifs et houleux avec les égos) :

 

-      comment s’est faite la prise de décision sur ce projet ?

 

-      quelles sont les priorités du projet et quelle en est la finalité ?

 

-      qui sont les principales parties prenantes et ont-elles été impliquées dès le départ ? (parfois les réponses peuvent surprendre).

 

-      Qui est le leader du projet ? et maîtrise-t-il les bonnes pratiques de la conduite d’un projet stratégique ?

 

-      Qui sont les contributeurs ? Avec cette question, nous commençons à toucher du doigt l’approche omnipotence/délégation sans le dire. Et là aussi, les réponses nous ont surpris.

 

-      Comment les N-1 sont-ils impliqués ? Quel est leur périmètre d’autorité et d’action ?

 

-      Comment circule l’information ?

 

-      Un système de « back-up » a-t-il été pensé pour que le projet ne cale pas, en cas d’incapacité ou d’impossibilité d’un des membres ?

 

-      Quel est le système d’évaluation et de reconnaissance mis en place pour valider l’avancement du projet et récompenser les efforts qui auront été fournis ?

 

-      Y a-t-il quelqu’un responsable du moral des troupes, de maintenir une bonne dynamique et un soutien à l’équipe projet ?

 

10 questions bien ciblées et bien posées, « suffiront » pour comprendre tout le système en place. La richesse des réponses fournies est telle, que tout l’art du coach consistera ensuite à faire assumer la réalité de la situation ; aussi douloureuse qu’elle puisse l’être parfois, cette réalité n’a pas été construite par nous, mais par eux et faire face à son miroir n’est pas toujours agréable. Cela s’appelle donc une prise de hauteur et de conscience sur les bons fonctionnements et dysfonctionnements produits par le Codir.

 

Pas à pas et ensemble, avec une gestion sensible des tensions, nous allons les conduire avec bienveillance et à leur rythme, à :

 

-      identifier les manques et les améliorations à apporter,

 

-      à construire des schémas de délégation qui impliquent leurs N-1,

 

-      à les accompagner dans l’empowerment dont ils ont la responsabilité,

 

-      à réduire leur égo pour devenir des personnes ressources, c’est-à-dire au service de leurs équipes et de la réussite du projet.

 

4.   L’action de Philo&Coaching comme « Agent triple » : Dissolvant, Modelage, Apaisant.

En conclusion

 

Notre accompagnement aura eu plusieurs fonctions :

 

-      celle de décaper les biais installés dans certaines relations (égos), d’interroger le sens de ce collectif et de s’accorder à minima sur un dénominateur commun,

 

-      de partir d’un réel que nous avons respecté et que nous avons aidé à revisiter pour l’améliorer,

 

-      de détendre les relations sur plusieurs niveaux hiérarchiques pour augmenter la fluidité des actions et donc la performance globale qu’ils célèbreront tous ensemble.

 

Un accompagnement qui nous a fait transpirer…

 

Cela vous parle ou vous interroge ? Contactez-nous et parlons-en ensemble !